• mardi le 9 août, 2022

Les certifications numériques de l’UE et du Royaume-Uni sont désormais reconnues par le Travel Pass de l’IATA

Partagez nous!

20 août 2021 – Le Certificat COVID numérique de l’UE et le UK NHS COVID Pass peuvent désormais être enregistrés dans le Travel Pass de l’IATA comme preuve vérifiée de vaccination pour les voyages.

Selon l’IATA, les voyageurs titulaires d’un Certificat COVID numérique de l’UE ou d’un UK NHS COVID Pass peuvent désormais accéder à des informations COVID-19 précises pour leur voyage, créer une version électronique de leur passeport et importer leur certificat de vaccination en un seul endroit.

Ces informations peuvent ensuite être partagées avec les compagnies aériennes et les autorités de contrôle des frontières qui peuvent être sûres que le certificat qui leur est présenté est authentique et appartient à la personne qui le présente.

Nick Careen, premier vice-président de l’IATA chargé de la sûreté et de la sécurité des opérations, déclare : « Les certificats de vaccination COVID-19 sont de plus en plus souvent exigés pour les voyages internationaux. Le traitement des certificats européens et britanniques par l’intermédiaire du Travel Pass de l’IATA constitue une avancée importante, car il est pratique pour les voyageurs, authentique pour les gouvernements et efficace pour les compagnies aériennes. »

Depuis les premiers jours de la pandémie, l’IATA soutient que l’harmonisation des normes numériques relatives aux vaccins est essentielle pour soutenir le redémarrage sûr et progressif du transport aérien, éviter les files d’attente inutiles dans les aéroports et garantir une expérience agréable aux passagers.

L’IATA a salué le travail de la Commission européenne qui a mis au point, en un temps record, le système de Certificat COVID numérique de l’UE , normalisant ainsi les certificats numériques de vaccination dans toute l’Europe.

S’appuyant sur le succès du système de Certificat COVID numérique de l’UE, l’IATA demande maintenant à l’OMS à revoir ses travaux visant à élaborer une norme mondiale pour la certification numérique des vaccins.

« En l’absence d’une norme mondiale, il est beaucoup plus difficile pour les compagnies aériennes, les autorités frontalières et les gouvernements de reconnaître et de vérifier le certificat numérique de vaccination d’un voyageur. L’industrie contourne ce problème en développant des solutions qui peuvent reconnaître et vérifier les certificats de chaque pays. Mais c’est un processus lent qui entrave le redémarrage des voyages internationaux », explique Careen.

« Alors que de plus en plus d’États déploient leurs programmes de vaccination, nombre d’entre eux cherchent de toute urgence à mettre en œuvre des solutions techniques pour fournir une certification de vaccin à leurs citoyens lorsqu’ils voyagent. En l’absence d’une norme de l’OMS, l’IATA leur demande instamment d’examiner de près le Certificat COVID numérique de l’UE, qui est une solution approuvée, conforme aux directives de l’OMS, et qui peut contribuer à reconnecter le monde », ajoute-t-il.

FONDS BLOQUÉS

L’IATA demande également aux gouvernements de respecter les accords internationaux et les obligations des traités afin de permettre aux compagnies aériennes de rapatrier près d’un milliard de dollars de fonds bloqués provenant de la vente de billets, d’espace de fret et d’autres activités.

Willie Walsh, directeur général de l’IATA, déclare :« Les gouvernements empêchent le rapatriement de près d’un milliard de dollars de revenus des compagnies aériennes. Cela contrevient aux conventions internationales et pourrait ralentir la reprise des voyages et du tourisme sur les marchés touchés, alors que l’industrie aérienne peine à se remettre de la crise de COVID-19. Les compagnies aériennes ne seront pas en mesure de fournir une connectivité fiable si elles ne peuvent pas compter sur les revenus locaux pour soutenir leurs opérations. C’est pourquoi il est essentiel pour tous les gouvernements de s’assurer en priorité que les fonds puissent être rapatriés efficacement. Ce n’est pas le moment de marquer un “but contre son camp” en mettant en péril la connectivité aérienne. »

Selon l’IATA, près de 20 pays bloquent le rapatriement de quelque 963 millions de dollars de fonds destinés aux compagnies aériennes. Quatre pays : Le Bangladesh (146,1 millions de dollars), le Liban (175,5 millions de dollars), le Nigéria (143,8 millions de dollars) et le Zimbabwe (142,7 millions de dollars), représentent plus de 60 % de ce total, bien que des progrès positifs aient été réalisés récemment dans la réduction des fonds bloqués au Bangladesh et au Zimbabwe.

M. Walsh ajoute : « Nous encourageons les gouvernements à travailler avec le secteur pour résoudre les problèmes qui empêchent les compagnies aériennes de rapatrier les fonds. Cela permettra à l’aviation de fournir la connectivité nécessaire pour soutenir les emplois et dynamiser les économies qui se remettent de la COVID-19. »

Source : Groupe Travelweek/Profession Voyages

 

Partagez nous!

Postes connexes

Menu