• samedi le 19 juin, 2021

Voici comment l’IATA envisage le fonctionnement du transport aérien dans le monde post-COVID-19

Partagez nous!

20 mai 2020 – Les nouvelles directives de l’IATA concernant les opérations des aéroports et des compagnies aériennes offrent l’image la plus claire à ce jour de ce à quoi pourrait ressembler le transport aérien alors que le monde émerge des restrictions de voyage COVID-19.

L’IATA indique que sa nouvelle directive sur la biosécurité du transport aérien vient d’être publiée : A Roadmap for Restarting Aviation, cela offre une feuille de route aux compagnies aériennes et aux aéroports qui souhaitent définir les meilleures pratiques pour l’après-Covid-19 dans le monde du transport aérien.

Alexandre de Juniac, directeur général et PDG de l’IATA, déclare : “Il n’existe pas de mesure unique permettant de réduire les risques et de redémarrer les vols en toute sécurité. Mais des mesures à plusieurs niveaux, mises en œuvre à l’échelle mondiale et mutuellement reconnues par les gouvernements, peuvent permettre d’atteindre le résultat souhaité. C’est la plus grande crise que l’aviation ait jamais connue. Une approche par couches a permis d’améliorer la sécurité et la sûreté. C’est également la voie à suivre pour la biosécurité”.

Ces lignes directrices interviennent alors que le Premier ministre Justin Trudeau a annoncé la prolongation de la fermeture de la frontière canado-américaine jusqu’au 21 juin. “Nous devons faire davantage pour nous assurer que les voyageurs qui reviennent d’outre-mer ou des États-Unis soient correctement suivis, correctement isolés et ne deviennent pas de nouveaux vecteurs de propagation de la COVID-19”, a déclaré M. Trudeau aujourd’hui.

M. Trudeau a ajouté : “Une fois que nous serons arrivés au point où les voyages non essentiels reprendront, dans les mois à venir, nous devrons mettre en place des mesures fortes et nous les examinerons de près”.

Voici les lignes directrices proposées par l’IATA, qui devraient être temporaires, régulièrement revues et remplacées lorsque des options plus efficaces seront trouvées (ou supprimées si elles deviennent inutiles) …

AVANT LE VOL :

L‘IATA affirme qu’elle peut voir la nécessité pour les gouvernements de collecter des données sur les passagers avant le voyage, y compris des informations sur la santé, “ce qui devrait être accompli en utilisant des canaux bien testés tels que ceux utilisés pour les eVisa ou les programmes d’autorisation de voyage électronique”.

À L’AÉROPORT DE DÉPART : 

L’accès à l’aéroport devrait être limité aux travailleurs de l’aéroport et des compagnies aériennes et aux voyageurs (avec des exceptions pour les personnes accompagnant des passagers handicapés ou des mineurs non accompagnés)

  • Contrôle de la température aux points d’entrée de l’aéroport par un personnel gouvernemental formé à cet effet
  • Distanciation sociale dans toutes les procédures concernant les passagers, y compris la gestion des files d’attente
  • Utilisation de masques pour les passagers et de masques pour le personnel, conformément à la réglementation locale
  • Options de libre-service pour l’enregistrement afin que les passagers réduisent autant que possible les points de contact et les files d’attente. Cela comprend l’enregistrement à distance (cartes d’embarquement électroniques/imprimées à domicile), la dépose automatique des bagages (avec étiquettes à bagages imprimées à domicile) et l’auto-embarquement.
  • L’embarquement doit être rendu aussi efficace que possible grâce à la reconfiguration des portes d’embarquement, à des priorités d’embarquement réduisant les encombrements et à la limitation des bagages à main.
  • Le nettoyage et la désinfection des zones à forte fréquentation, conformément aux réglementations locales. Cela inclut une large disponibilité de désinfectants pour les mains.

EN VOL :

  • Revêtements faciaux requis pour tous les passagers et masques non chirurgicaux pour l’équipage
  • Service de cabine simplifié et service de restauration préemballé pour réduire l’interaction entre les passagers et l’équipage
  • Réduction du rassemblement des passagers dans la cabine, par exemple en interdisant les files d’attente pour les toilettes.
  • Nettoyage plus fréquent et en profondeur de la cabine

À L’AÉROPORT D’ARRIVÉE :

  • Contrôle de la température par un personnel gouvernemental qualifié si les autorités l’exigent
  • Procédures automatisées pour les contrôles douaniers et frontaliers, y compris l’utilisation d’applications mobiles et de technologies biométriques (qui ont déjà fait leurs preuves dans certains gouvernements)
  • Les gouvernements devraient faire des déclarations de santé et une recherche rigoureuse des contacts afin de réduire le risque de chaînes de transmission importées

DES CHANGEMENTS DE RÈGLES POTENTIELS

Sauf dans le meilleur des cas, c’est-à-dire la découverte d’un vaccin pour le COVID-19, l’IATA a déclaré que deux nouvelles pourraient réduire ou éliminer le nombre de directives ci-dessus, comme par exemple des tests COVID-19 évolutifs, précis et efficaces et/ou des passeports d’immunité. L’IATA soutient le développement de passeports d’immunité pour séparer les voyageurs sans risque.

L’OPPOSITION AUX MESURES DE QUARANTAINE :

L’IATA a également réitéré son opposition à la distanciation sociale à bord des avions et aux mesures de quarantaine à l’arrivée.

Au lieu de mesures de quarantaine, l’IATA préconise des contrôles de température et le traçage des contacts, qui visent le même objectif de confinement et de gestion des risques, sans pour autant paralyser les industries du transport aérien et du voyage. “Le contrôle de la température réduit le risque que des passagers symptomatiques voyagent, tandis que les déclarations de santé et la recherche des contacts après l’arrivée réduisent le risque que des cas importés se développent en chaînes de transmission locales”, déclare l’IATA.

L’IATA a également reconfirmé sa position contre la distanciation sociale à bord (c’est-à-dire laisser le siège du milieu ouvert). Il n’est pas nécessaire de laisser le siège du milieu ouvert lorsque les passagers et l’équipage portent des masques de protection, ainsi que d’autres protocoles de santé et de sécurité à bord (par exemple, tout le monde est face à la route, le flux d’air va du plafond au plancher, les sièges constituent une barrière à la transmission avant/arrière et les systèmes de filtration d’air fonctionnent selon les normes des salles d’opération des hôpitaux).

“L’ÉLÉMENT VITAL EST LA COORDINATION” :

L’IATA déclare qu’elle tend la main aux gouvernements avec ses lignes directrices, en soutien à la COVID-19 Aviation Recovery Task Force (CART) de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI).

“La feuille de route est la réflexion de haut niveau de l’industrie sur la reprise de l’aviation en toute sécurité. Le calendrier est crucial. Les gouvernements comprennent l’importance de l’aviation pour la reprise sociale et économique de leur pays et beaucoup d’entre eux prévoient une réouverture progressive des frontières dans les mois à venir. Nous avons peu de temps pour nous mettre d’accord sur les normes initiales qui permettront de rétablir la sécurité dans le monde et d’établir fermement que les normes mondiales sont essentielles au succès. Cela changera au fur et à mesure que la technologie et la science médicale progresseront. L’élément vital est la coordination. Si nous ne faisons pas ces premiers pas de manière harmonisée, nous passerons de nombreuses années douloureuses à regagner un terrain qui n’aurait pas dû être perdu”, a déclaré M. de Juniac.

Partagez nous!

Postes connexes