• mardi le 25 janvier, 2022

Air Canada prévoit de suspendre des liaisons au Canada atlantique à partir du 11 janvier, selon l’Association des aéroports du Canada atlantique

Partagez nous!

9 décembre 2020 — Lorsque le gouvernement fédéral a annoncé le 8 novembre qu’un plan d’aide financière était en cours d’élaboration pour les compagnies aériennes canadiennes, Air Canada – qui avait déjà été contrainte de procéder à des réductions drastiques dans le sillage de la COVID-19 – a déclaré qu’elle mettrait en attente toute nouvelle réduction de services en attendant l’issue de ces négociations.

Dans les semaines qui ont suivi, le gouvernement n’a pas donné de nouvelles informations sur le plan d’aide financière et vient d’apprendre qu’Air Canada va suspendre tous ses vols jusqu’à nouvel ordre à Sydney (Nouvelle-Écosse) et à Saint John (Nouveau-Brunswick), et suspendre quatre liaisons jusqu’à nouvel ordre à Deer Lake, Charlottetown, Fredericton et Halifax.

Selon l’Association des aéroports du Canada atlantique (AACA), les aéroports du Canada atlantique ont été informés hier de nouvelles réductions de services et de fermetures de liaisons par Air Canada, à compter du 11 janvier 2021.

L’association note que la deuxième vague d’infections COVID-19 accentue la pression sur un secteur au bord de l’effondrement.

“Les fermetures de liaisons sont le pire scénario pour certains des petits aéroports de notre région, et le résultat va encore fracturer la viabilité des personnes qui ont besoin de se déplacer efficacement dans ces communautés”, déclare l’AACA. “L’impact cumulé des réductions de services des transporteurs aériens est plus important qu’un coup porté à notre région ; nous pourrions voir la fin de certains de nos petits aéroports régionaux si des solutions ne sont pas trouvées”.

Les suspensions de liaisons

Selon l’AACA, Air Canada a fait savoir qu’à partir du 11 janvier 2021, la compagnie suspendra jusqu’à nouvel ordre tous les vols à Sydney (NE) et à Saint-John (NB) et suspendra jusqu’à nouvel ordre quatre routes à Deer Lake, Charlottetown, Fredericton et Halifax.

Cette nouvelle survient un peu plus de cinq mois après qu’Air Canada a annoncé la suspension indéfinie de ses services sur 30 liaisons régionales intérieures, ainsi que l’interruption de ses services vers huit aéroports canadiens, à la suite de la pandémie et des restrictions de voyage qui en ont découlé.

Parmi les stations aéroportuaires touchées par cette annonce du 30 juin, deux se trouvaient dans le Canada atlantique : Bathurst (NB) et Wabash, (TNL). Les 30 liaisons intérieures suspendues “indéfiniment” comprenaient de nombreuses liaisons dans le Canada atlantique.

La nouvelle d’hier fait également suite à l’annonce faite le 14 octobre par WestJet de la réduction de 80 % de sa capacité dans le Canada atlantique, de la suspension indéfinie des opérations à quatre portes d’entrée du Canada atlantique – Moncton, Fredericton, Sydney et Charlottetown – et de la réduction significative du service à deux autres portes d’entrée, Halifax et St. John’s, dans un contexte de forte diminution des voyages en raison de la pandémie COVID-19.

“Les services aériens sont rongés jusqu’à l’os, ce qui rend chacune de ces réductions plus dévastatrices car elles touchent le cœur des communautés et coupent notre région du reste du pays”, a déclaré Monette Pasher, directrice générale de l’Association des aéroports du Canada.

“Nous allons avoir un chemin long et difficile à parcourir pour reconstruire l’accès aérien de notre région. Les répercussions de ces suspensions se feront sentir pendant des années dans de nombreuses villes, villages et communautés rurales du Canada atlantique“.

Monette Pasher ajoute que l’industrie réclame depuis des mois un soutien fédéral pour les compagnies aériennes du pays.

L’énoncé économique d’automne du mois dernier, présenté par la vice-première ministre Chrystia Freeland, prévoyait un certain soulagement pour les compagnies aériennes régionales, mais aucune autre nouvelle concernant un plan de sauvetage du secteur aérien.

Le secteur aérien a été mentionné dans l’énoncé économique d’automne publié le 30 novembre, et bien que notre région et nos petits aéroports soient reconnaissants du soutien financier et attendent avec impatience de savoir comment il contribuera à maintenir nos communautés connectées”, a déclaré Monette Pasher.

Malheureusement, il n’y a pas eu assez de soutien pour les aéroports de taille moyenne ou de grande taille et aucune nouvelle pour les transporteurs aériens autre que le soutien des subventions salariales. La moitié des employés de notre industrie sont sans emploi et, comme il s’agit du secteur le plus durement touché, il est urgent de soutenir davantage les aéroports et les compagnies aériennes afin de surmonter cette pandémie”.

 

Elle a ajouté : “Lorsque l’industrie du transport aérien est affectée, les petites communautés sont les plus touchées et nous le constatons encore aujourd’hui. La principale raison des réductions actuelles est la combinaison des restrictions sur les voyages intérieurs propres à notre région et de l’augmentation des cas de COVID dans tout le pays, ce qui, on le comprend, a un impact sur la demande. Selon les experts de l’industrie, il pourrait s’écouler jusqu’à un an avant que la majorité de la population soit vaccinée, ce secteur ne peut pas attendre aussi longtemps pour commencer à se redresser. Nos provinces doivent mettre en place des tests pour mieux comprendre le niveau de COVID-19 dans nos communautés et aider à rétablir la confiance des consommateurs dans ce secteur, c’est pourquoi nous avons demandé que des projets pilotes soient testés dans les aéroports de notre région”

 

Source : Kathryn Folliott pour Travelweek
Crédits photo : Destination Halifax

Partagez nous!

Postes connexes

Menu