• mardi le 25 janvier, 2022

Les défis et attentes de YQB pour la saison d’hiver et 2021

Partagez nous!

10 décembre 2020 — il y a quelques jours, Profession Voyages a pu assister à une conférence de presse donnée par Stéphane Poirier, Directeur Général de l’aéroport de Québec (YQB). Il s’est exprimé sur les conséquences et les défis de la Covid sur l’aéroport de Québec, et a présenté le plan de relance qui permettrait à l’aéroport une reprise régionale plus rapide et pérenne. Quels sont les éléments à retenir de ce bilan de 2020 pour YQB? Stéphane Poirier ayant majoritairement évoqué les défis régionaux, qu’en est-il de la reprise des vols internationaux?

 “LES DERNIERS MOIS ONT ÉTÉ TRÈS DIFFICILES POUR NOUS”

Poirier confie que YQB a été, comme d’autres aéroports, frappé de plein fouet par la Covid-19. Pourtant, le début de l’année 2020 était très productif, avec une croissance au-dessus de 8% pour janvier et une croissance au-dessus de 9% pour février. Mais nous connaissons la suite des événements, qui a engendré une crise financière et humaine.

Des pertes financières considérables et une reprise sur plusieurs années

YQB a enregistré une baisse d’achalandage de 88 à 90%. L’aéroport a dû suspendre son programme d’immobilisation, qui permettait de restaurer les pistes et faire des projets… Projets qui ont donc dû être mis en attente cette année.

530 000 passagers seulement sont estimés en 2020 pour l’aéroport de Québec. Plus largement, le secteur aérien affiche 4.5 milliards de dollars de pertes, et 2.8 milliards de dettes. Les répercussions sont en effet profondes pour cette industrie.

Les estimations données par M. Poirier proviennent entre autres de leurs propres sources, de l’IATA et du Conseil des aéroports canadiens. Ils estiment un retour à la « normale », c’est-à-dire des résultats équivalents à ceux de l’année 2019, en 2024 seulement. Il faudra attendre la fin de 2021 pour que l’aéroport affiche une reprise. Toutefois, M. Poirier le rappelle, tout cela dépend de la réouverture des frontières et des vaccins.

Poirier déclare que YQB s’est totalement réinventé pour baisser ses frais d’opération de 36%, pour garder la tête hors de l’eau. Cette baisse a été drastique, mais proactive. Et afin d’espérer une reprise plus rapide, des économies de 13 millions de dollars par année sont prévues.

Des licenciements difficiles

“Nous sommes fiers du travail que l’on a fait, même si malheureusement cela a eu des conséquences négatives sur nos employés”, a dit M. Poirier.

En effet, cette gestion rigoureuse des dépenses a engendré de nombreux licenciements, à savoir le tiers de ses employés.

Les attentes face au gouvernement fédéral : “il a beaucoup d’écoute, mais peu d’actions”

Concernant les aides du gouvernement fédéral, M. Poirier reconnaît l’aide précieuse du programme de subvention salariale d’urgence du Canada (PSSUC). Toutefois, il exprime quelques réserves au sujet du gouvernement fédéral : “il y a beaucoup d’écoute, mais peu d’actions.” Il note qu’au contraire, le gouvernement du Québec, en plus d’être à l’écoute, agit en faveur de YQB.

Pour 35 millions de perte, le gouvernement fédéral a accordé une aide de 3 millions. M. Poirier ajoute : “C’est bien, mais ce n’est pas une solution en tant que telle.”

LA RÉGION AU CENTRE DES PRÉOCCUPATIONS

Durant la conférence de presse, M. Poirier n’a cessé d’insister sur les efforts au niveau régional. Le plan de relance, décrit en détail dans ce communiqué de presse, a à cœur de relancer l’économie de Québec et ses alentours, en attirant les clients de la région vers cet aéroport. Un travail de diversification des revenus est attendu, ainsi qu’un renouvellement et développement des infrastructures, et une promotion marketing.

En effet, “Consolider la desserte régionale” est l’un des 5 points clés du plan de relance, d’autant plus que certains transporteurs, tels que WestJet qui avait réduit sa capacité dans le Canada atlantique de 80%, ont abandonné leurs liaisons régionales en raison de la crise Covid-19.

Le développement de la plateforme cargo, un autre des 5 points clés, a pour but “d’assurer un système de distribution régionale pérenne“, en apportant une contribution financière importante au fret aérien, un apport qui représentera l’équivalent de trois à quatre passagers.

Le principal défi pour la saison d’hiver pour YQB est, selon M. Poirier de rebâtir toute la région, grâce à un plan de relance qui sera au bénéfice de la région et sa communauté.

“L’attractivité d’une région dépend en partie de son aéroport ; et la force d’un aéroport dépend de l’engagement de sa communauté et de toutes les parties prenantes.”

LES VOLS DIRECTS INTERNATIONAUX

Si l’accent a été mis sur le développement régional, qu’en est-il des vols internationaux? L’aéroport de Québec prévoit-il des vols directs pour la saison d’hiver? À quel point les vols ont-ils été réduits par rapport à 2019?
Voici les réponses des compagnies aériennes à ce sujet.

AIR CANADA

Selon Pascale Déry, Directrice des relations médias pour Air Canada :

L’année dernière, nous exploitions deux vols internationaux depuis Québec, Cancun et Punta Cana. Nous avons été satisfaits de la réponse des voyageurs de la région de Québec et le retour à l’horaire de ces vols était planifié.

Malheureusement, en raison de la pandémie et des restrictions de voyages, notamment l’obligation de quarantaine de 14 jours applicables à tous les voyageurs, nous avons dû récemment annuler ces deux mêmes vols puisque la demande a drastiquement baissé.

Nos clients qui prennent un vol de Québec peuvent faire une correspondance à Montréal ou Toronto pour accéder au réseau international limité que nous exploitons actuellement.”

AIR TRANSAT

Cet hiver au départ de Québec, Air Transat prévoit d’offrir progressivement des vols vers :

  • Cancun (1 vol par semaine dès le 23 décembre 2020)
  • Fort Lauderdale (2 vols par semaine dès le 6 février 2021)
  • Holguin (1 vol par semaine dès le 1erfévrier 2021)
  • Punta Cana (1 vol par semaine dès le 22 décembre 2020)
  • Varadero (1 vol par semaine dès le 4 février 2021)

“Sous réserve de changement des restrictions aux voyages et en fonction de l’évolution de la demande, notre calendrier de vols pourrait toutefois être modifié.”

SUNWING

Pour la saison d’hiver en 2020, Sunwing n’a pas encore repris ses vols au départ de Québec, mais l’horaire de vols ci-dessous pourra être sujet à des modifications.

À noter que les voyageurs peuvent trouver l’horaire hivernal en ligne sur Sunwing.ca, continuellement mis à jour alors que plus de villes de départ et de destinations sont offertes en fonction de la demande de la clientèle.

 

Source : Eloïse Petit pour Profession Voyages

Partagez nous!

Postes connexes

Menu