• mardi le 9 août, 2022

Les mandats de vaccination restent en place pour la croisière, mais pourquoi ?

Partagez nous!

27 juin 2022 – Lorsque la nouvelle a éclaté plus tôt ce mois-ci que le Canada abandonnerait enfin son mandat de vaccination contre la COVID-19 pour les voyageurs, une acclamation collective a pu être entendue dans toute l’industrie du voyage. Mais un segment de la population de voyageurs du Canada a été visiblement laissé pour compte : les croisiéristes.

Les mesures assouplies, annoncées pour la première fois le 14 juin et entrées en vigueur le 20 juin, ne s’appliquent qu’aux voyageurs nationaux en avion et en train, ainsi qu’aux voyages internationaux à l’étranger. Les règles pour les voyages en croisière, y compris la vaccination de tous les passagers et membres d’équipage, restent en place, sur les navires dans les eaux canadiennes et les ports canadiens. Mais pourquoi?

La décision était basée sur “la nature unique des voyages en navire de croisière, y compris le fait que les passagers sont en contact étroit les uns avec les autres pendant de longues périodes” a déclaré le ministre des Transports Omar Alghabra. Mais les critiques de l’industrie affirment que la même chose peut être dite pour les avions, les trains et dans les espaces publics des hôtels et des centres de villégiature.

Il est largement admis que l’industrie des croisières a assumé le poids de la responsabilité de la propagation de la la COVID-19 parmi les voyageurs tout au long de la pandémie, depuis que des épidémies se sont produites pour la première fois sur deux navires Princess Cruises en février et mars 2020, ce qui a incité le CDC à émettre une ordonnance No Sail qui empêchait les croisiéristes d’opérer dans les eaux américaines. Le Canada a suivi peu de temps après avec sa propre interdiction des navires de croisière, qui est restée en place jusqu’au 1er novembre 2021. L’interdiction du CDC a finalement été remplacée en octobre 2020 par un cadre pour l’ordonnance de navigation conditionnelle (CSO), qui énonçait une longue liste de santé et exigences de sécurité pour les croisiéristes, y compris la réalisation de croisières d’essai. Ce CSO a finalement expiré le 15 janvier 2022, moins d’un mois avant que le CDC n’annonce son programme COVID-19 pour les navires de croisière, un système volontaire à plusieurs niveaux qui classe les navires en fonction des statuts de vaccination des passagers et de l’équipage. Les compagnies de croisières qui se retirent du programme verront leurs navires répertoriés comme «gris», ce qui signifie qu’ils n’ont pas été examinés ou vérifiés par le CDC.

Avec autant de freins et contrepoids en place pour la croisière, sans parler de la suspension volontaire des croisières par la CLIA très tôt dans la pandémie et des protocoles de sécurité de grande envergure que les compagnies de croisière elles-mêmes ont mises en œuvre tout au long du voyage de croisière pour les passagers et l’équipage, l’industrie du voyage les experts se demandent : les croisiéristes n’ont-ils pas suffisamment fait leurs preuves ?

«Nous avons pris la position dès le début de la fermeture que les vacances en croisière offrent le plus haut degré de protocoles de santé et de sécurité de l’industrie. Mais pourtant, pour une raison quelconque, les croisiéristes sont traités différemment de toute autre forme de voyage », déclare Caroline Hay, présidente de Cruise CEO. “Ce n’est pas juste quand vous avez ce segment de l’industrie qui est tenu à un niveau plus élevé que ses homologues terrestres, mais c’est la réalité dans laquelle nous vivons aujourd’hui.”

Lorsqu’on lui a demandé si elle était du tout surprise par la décision du Canada de maintenir le mandat de vaccination pour la croisière, Hay dit que mettre les compagnies de croisière sous un microscope n’est pas quelque chose de nouveau.

Je ne suis jamais allée dans un complexe où le CDC arrive à l’improviste et effectue une inspection approfondie de toutes les installations, mais cela a toujours été la réalité des compagnies de croisière“, dit-elle.

«Les protocoles de santé et de sécurité ont en effet fait leurs preuves, et au fil des mois, nous constatons des ajustements mineurs aux procédures requises ou suggérées décrites pour les navires. À chaque changement, les compagnies de croisière s’adaptent et le font fonctionner pour leurs passagers et l’équipage à bord », ajoute Hay. « Y a-t-il des cas à bord ? Absolument, mais pas plus que dans les autres destinations ou options de vacances.

Malgré le fait que les mandats de vaccination et les exigences telles que les tests COVID-19 avant le départ restent en place pour la croisière, les réservations de croisière sont sur une trajectoire ascendante.

Les réservations de groupe sont en hausse, les croisières fluviales rebondissent également, et plus de croisières mondiales et de traversées plus longues ont été réservées au cours de l’année écoulée que jamais auparavant, en grande partie grâce aux promotions sur le marché et aux incitations à réserver à l’avance. Tout cela, dit-elle, mène à une année record pour les ventes de croisières en 2023.

«Nous ne pensons pas que le mandat de vaccination soit un énorme obstacle à la réservation des clients, 82,8% de la population canadienne étant déjà complètement vaccinée contre la COVID-19», déclare Hay. «Il y a certainement eu une certaine confusion au début de la remise en service des navires l’année dernière avec les vaccinations mixtes et les changements de protocoles pour les ports d’escale dans le monde, mais du point de vue canadien, nous ne voyons plus cela comme un problème limitatif. Nos partenaires de croisière se sont bien adaptés et communiquent les changements en conséquence, ce qui permet aux vendeurs de croisières de se tenir au courant de tout changement.

Les agents de voyages sont également d’accord, plusieurs d’entre eux ayant déclaré à Travelweek que les réservations de croisières n’avaient pas encore été affectées par les mandats de vaccination en cours.

“Je ne pense pas que cela aura un impact négatif sur la croisière car la plupart des gens se souviennent encore des problèmes sur les navires de croisière en mars 2020, il est donc rassurant de savoir que tout le monde est vacciné”, déclare Valerie Murphy, conseillère en voyages basée à Waterloo, ON .

Notant que ses réservations de croisière “se déroulent très bien et augmentent régulièrement pour l’année prochaine”, Murphy ajoute: “Je comprends le raisonnement de l’exigence de vaccin sur les navires de croisière et la plupart des clients avec qui j’ai traité sont également d’accord pour dire qu’ils aiment connaître tout le monde à bord est vacciné ».

Lola Vassiliadis, propriétaire/directrice de Cruise Holidays à Oakville, en Ontario, affirme également que les réservations de croisières sont en hausse et qu’elle n’a reçu aucun commentaire négatif de la part des clients concernant les mandats de vaccination.

“Je ne suis pas du tout surprise que le mandat reste en place pour les croisières et cela ne me pose vraiment aucun problème”, dit-elle. “J’ai participé à trois croisières au cours des sept derniers mois et j’ai trouvé réconfortant de savoir que tout le monde sur le navire avait été vacciné.”

Que les clients soient en faveur des mandats de vaccination ou non, Hay dit qu’il appartient aux conseillers en voyages de poser des questions, d’écouter leurs besoins et de répondre à leurs préférences.

“Certaines personnes choisiraient de faire une croisière uniquement à cause des mandats de vaccination, tandis que d’autres l’éviteraient complètement à cause du mandat”, explique Hay. “En tant qu’ambassadeurs de l’industrie du voyage, c’est notre travail d’atténuer les inquiétudes des clients. Le rôle du conseiller est de diffuser l’information et de présenter une option de vacances qui correspond le mieux à ses besoins.

Source: pour le groupe Travelweek

Partagez nous!

Postes connexes

Menu