• samedi le 16 octobre, 2021

Voici pourquoi les Canadiens sont de plus en plus nombreux à réserver de multiples « micro-vacances »

Partagez nous!

13 août 2021 – Nous avons tous entendu l’expression « demande refoulée » à plusieurs reprises au cours de la pandémie, pour décrire ce désir croissant de découvrir le monde après un arrêt complet des voyages. Aujourd’hui, avec la réouverture des frontières internationales, cette demande refoulée se traduit par une recrudescence de voyages très attendus par les Canadiens, ce qui est une bonne nouvelle pour les agents de voyages qui les organisent.

Mais avec l’avis aux voyageurs non essentiels toujours en vigueur au Canada, et avec certaines parties du Canada, des États-Unis et d’autres destinations qui connaissent maintenant une quatrième vague de COVID-19, où les Canadiens réservent-ils ces voyages, pour combien de temps et à quelle fréquence ?

Selon le 13e indice annuel de confiance en matière de vacances de l’assurance voyage Allianz, un Américain sur trois (34 %) prévoit de prendre plusieurs vacances cet été, privilégiant les voyages plus courts aux traditionnelles vacances d’une semaine ou plus. Deux personnes sur trois (67 %) passeront cet été un séjour d’au moins une nuit, le nombre moyen de voyages étant de 1,2. Quatre personnes sur dix (44 %) se disent impatientes de voyager, 22 % ayant l’intention de faire trois voyages ou plus cet été.

Les réservations de voyages étant plus nombreuses et la durée moyenne de chaque voyage étant d’environ quatre nuits, les « multi-micro-vacances » deviennent une tendance croissante de l’après-Covid.

Bien que les résultats soient basés sur les répondants américains, nous voulions savoir si les vacances multiples et plus courtes prennent de l’ampleur ici au Canada.

Karlyn Bauer, responsable des opérations de vente chez Flight Centre Travel Group, explique à notre rédaction que l’agence constate une augmentation du nombre de Canadiens qui réservent de multiples micro-vacances cette année, en plus de voyages internationaux plus longs plus tard dans l’année. Elle attribue cette hausse à la demande refoulée à la suite des longues restrictions de voyage, et note que les gens hésitent encore à réserver des voyages plus longs en raison de l’évolution des politiques de voyage et des exigences en matière de vaccins.

« L’avis sur les voyages non essentiels joue également un rôle en dissuadant les gens de se rendre à l’étranger, ce qui fait que beaucoup ont choisi d’explorer la région et de le faire plusieurs fois pour des durées plus courtes afin de réduire l’impact des règles et réglementations en constante évolution », dit-elle.

Les conclusions de Flight Centre rejoignent celles d’Allianz en ce qui concerne la durée moyenne des voyages. Mme Bauer ajoute que les voyageurs qui réservent des micro-vacances séjournent environ quatre ou cinq nuits. De nombreux clients réservent également des micro-vacances en même temps que des vacances internationales plus importantes et prolongées. Pour ce qui est de leurs destinations, elle affirme que les destinations les plus uniques du Canada sont populaires, comme Whitehorse, Yellowknife, la côte de la Colombie-Britannique, les Maritimes et Montréal/Québec.

Chez Travel Professionals International (TPI), il n’y a pas eu une grande augmentation du nombre de clients qui réservent plusieurs petits voyages, dit la présidente et chef de la direction Zeina Gedeon, mais l’entreprise a vu une abondance de « macro-vacances », où les clients s’assurent plusieurs vacances à prix élevé en une seule fois.

« Les gens ont certainement pris le temps, l’année dernière, d’ajouter des destinations à leur liste et profitent des primes de réservation anticipée et des promotions du marché pour s’assurer de nombreuses vacances futures avec leur conseiller en voyages », explique Mme Gedeon.

Les voyages de plus courte durée (en moyenne quatre nuits) que TPI voit réservés sont principalement destinés à des voyages nationaux immédiats, ajoute-t-elle.

« Avec les exigences de tests obligatoires, les clients ne sont pas plus intéressés par de courtes escapades de week-end à l’étranger qu’ils ne le sont actuellement », explique Mme Gedeon. « En tant qu’organisation, nous avons mis l’accent sur les vacances au Canada et nous constatons que la Colombie-Britannique et l’Alberta sont les principales destinations réservées. Récemment, un groupe de nos conseillers TPI s’occupe du Rocky Mountaineer et nous avons déjà enregistré des réservations immédiates. »

Les Rocheuses canadiennes ont également été un succès auprès des clients d’Ocean Phi Long Le. L’agent de voyages torontois de Bodad Travel explique à notre rédaction que les micro-vacances ont la cote, de nombreux clients réservant de courtes escapades à travers le Canada, notamment en Colombie-Britannique, en Alberta, en Ontario et en Nouvelle-Écosse.

« Les micro-vacances permettent aux clients qui sont impatients de voyager de le faire sans avoir à risquer leur argent sur un plus long voyage qui pourrait être annulé à cause d’une quatrième vague, ou perturbé en plein milieu à cause des règles de sortie et d’entrée qui changent constamment », dit-il. « Mes clients ont déclaré que voyager à l’intérieur du pays n’a jamais été aussi facile, avec moins de touristes à affronter ainsi que des politiques aériennes flexibles. »

Lorsqu’on lui demande si les micro-vacances sont plus faciles à vendre que les voyages plus longs, Phi Long Le répond qu’elles ont tendance à être moins compliquées pendant le processus de réservation car elles concernent généralement des destinations proches de chez soi. Il ajoute que la vente de ces produits nationaux plus courts a été une « expérience amusante » car elle lui a donné l’occasion de découvrir des destinations comme le Cap-Breton, Gros Morne, Tofino et Salt Springs, qu’il peut ensuite recommander à ses clients.

Mais au-delà de cela, le plus grand avantage pour les agents qui réservent plusieurs micro-vacances est double, dit Bauer.

« Premièrement, cela permet de rétablir la confiance des clients à chaque fois qu’ils voyagent, et deuxièmement, cela permet d’établir une solide relation de confiance entre un agent et ses clients », dit-elle. « Le fait d’être en contact permanent avec vos clients vous permet d’en savoir plus sur leurs préférences de voyage dans des domaines spécifiques, au lieu de vous connecter tous les six mois pour les vacances à la plage et le voyage en Europe. »

Gedeon est du même avis et ajoute que le fait d’être accessible aux clients a été un énorme avantage en particulier pour les conseillers travaillant à domicile.

« Nous entendons beaucoup d’histoires de clients qui appellent plusieurs agences qui peuvent être fermées ou ne répondent pas aux appels et, en retour, nos conseillers TPI récupèrent de nouveaux clients grâce à un seul appel téléphonique pour un voyage de courte durée », dit Gedeon. « Nos conseillers nous rapportent que si les clients nous contactent au départ pour des voyages de courte durée, à la fin de la consultation de vente, ils finissent par avoir 2 à 4 voyages futurs à planifier pour eux ! C’est incroyable de voir comment les habitudes d’achat des voyageurs canadiens ont changé. »

Pour optimiser vos chances de réserver plusieurs micro-vacances, Bauer propose ces quelques conseils simples :

  • Bloquez les prix dès maintenant : La disponibilité est limitée en raison de la demande, et les prix sont incroyablement bons pour les voyages plus courts, alors réservez à l’avance autant que possible.
  • Réservez le forfait complet : Les clients veulent savoir à quoi s’attendre de nos jours et veulent planifier à l’avance. De plus, la plupart des excursions ont une capacité limitée. Pour éviter toute déception, réservez tout à l’avance, y compris l’avion, le bateau, les excursions et la location de voiture.

Source : Cindy Sosroutomo pour le groupe Travelweek/Profession Voyages

Partagez nous!