• vendredi le 18 juin, 2021

La bulle des voyages dans le Canada Atlantique sera en place à partir du 19 avril

Partagez nous!

19 mars 2021 – Les premiers ministres du Canada atlantique affirment que les résidents de la région pourront reprendre leurs déplacements sans restriction entre les quatre provinces à la mi-avril.

Le retour de la soi-disant “bulle atlantique” a été annoncé conjointement jeudi par les premiers ministres de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick, de l’Île-du-Prince-Édouard et de Terre-Neuve-et-Labrador.

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Iain Rankin, a déclaré que la réouverture prévue de la bulle le 19 avril concernait un retour à la normale avec le nombre de cas de COVID-19 actuellement bas dans toute la région. Les premiers ministres de les provinces Atlantiques veulent également aider l’économie de la région tout en facilitant la visite des familles, a déclaré Rankin.

“Pendant longtemps, nous avons été en mesure de maintenir nos frontières étroites, et cela s’est avéré un succès, et la précédente bulle atlantique a été très réussie, donc je suis impatient de voir (l’ouverture) arriver “, a déclaré Rankin aux journalistes à l’issue d’une réunion du cabinet.

La bulle précédente a été mise en place en novembre lorsqu’un certain nombre d’épidémies de COVID-19 ont conduit les provinces à resserrer voir fermer leurs frontières.

Les quatre provinces ont signalé un total de 11 nouveaux cas de COVID-19 jeudi – trois en Nouvelle-Écosse, un à Terre-Neuve-et-Labrador et sept au Nouveau-Brunswick, tandis que l’Île-du-Prince-Édouard n’a pas signalé de cas.

Rankin a déclaré que la réouverture de la bulle n’était pas le résultat de la pression exercée par le monde des affaires.

La réouverture est conditionnelle à ce que le nombre de cas de COVID-19 reste faible dans la région, aux éclosions maîtrisées et aux conseils des médecins provinciaux.

La participation de Terre-Neuve-et-Labrador dépend des progrès continus dans l’assouplissement de ses restrictions à la suite d’une épidémie qui a balayé la région de St. John’s le mois dernier, selon le communiqué des premiers ministres.

La péninsule d’Avalon, qui comprend la capitale provinciale, est passée au niveau d’alerte 4 la semaine dernière et le premier ministre Andrew Furey a déclaré qu’il souhaitait que la province soit au niveau d’alerte 2 avant de rejoindre la bulle.

Furey a déclaré qu’il était prudemment optimiste que les chiffres se maintiendraient. «Alors que nous voyons les chiffres baisser, cela renforce à nouveau l’enthousiasme envers la famille des provinces atlantiques», a-t-il déclaré dans une interview jeudi.

Peu de temps avant l’annonce des premiers ministres, un groupe touristique de Terre-Neuve-et-Labrador a publié un rapport exhortant Furey à ouvrir les frontières de la province au reste du pays d’ici la fête du Canada.

Le rapport du conseil consultatif du Premier ministre sur le tourisme indique que le secteur a été durement touché par le COVID-19 et que les propriétaires d’entreprises sont en difficulté.

Le retour de la bulle signifie que les résidents des provinces de l’Atlantique pourront voyager dans la région sans avoir à s’isoler pendant 14 jours, mais l’exigence d’isolement demeurera pour les visiteurs d’autres régions du Canada.

Rankin a déclaré qu’en dépit du retour imminent de la bulle et de la montée en puissance progressive des programmes de vaccination contre le COVID-19, les premiers ministres de la région ne sont pas proches d’une décision sur une éventuelle réouverture des frontières avec le reste du pays.

«Je ne pense pas que nous y soyons encore», a déclaré Rankin. «Nous avons décidé que ce ne serait pas approprié pour le moment tant que nous n’aurons pas fait d’autres vaccinations dans le public.»

Le Nouveau-Brunswick a toutefois annoncé jeudi qu’il allait créer une bulle de voyage avec les régions québécoises de Témiscouata, Avignon et la Première Nation de Listuguj.

Les responsables, cependant, ont déclaré que les résidents qui prévoient de visiter le Nouveau-Brunswick à partir de ces régions ne doivent pas avoir voyagé à l’extérieur de leur région d’origine pendant au moins deux semaines avant leur entrée dans la province, ou ils doivent avoir reçu leur première dose d’un vaccin COVID-19 au moins deux semaines avant le voyage.

La ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Dorothy Shephard, a qualifié le développement de «passionnant», mais a averti que la capacité de sa province d’aller de l’avant dépendrait de ses progrès dans la lutte contre le virus au cours des prochaines semaines.

«Si nous voyons des éclosions majeures, nous serons obligés de retarder l’ouverture de ces bulles de voyage», a déclaré Shephard aux journalistes à Fredericton.

De plus, la province a annoncé qu’à compter du 26 mars, les travailleurs permutants ne seront plus tenus de s’auto-isoler s’ils ont reçu leur première dose de vaccin deux semaines avant d’entrer dans la province.

Les travailleurs devront subir un test COVID-19 le cinquième et le 10e jour de leur retour. Ceux qui ne sont pas vaccinés devront s’auto-isoler pendant 14 jours avec les membres de leur ménage.

Pendant ce temps, Rankin a tempéré son ton optimiste à propos de la bulle en annonçant le premier décès lié au COVID-19 en Nouvelle-Écosse depuis août. Une femme de 80 ans de la région d’Halifax est la 66e personne à décéder depuis le début de la pandémie.

«Nous avons dit tant de fois qu’il s’agissait d’un virus si insidieux», a déclaré Rankin. «Bien que nous ayons bien fait dans notre province pour réduire le nombre de cas, il est toujours là.»

 

Partagez nous!

Postes connexes