• lundi le 27 juin, 2022

La fermeture de la frontière canado-américaine est prolongée jusqu’au 21 juin alors que les États-Unis disent non au tourisme vaccinal

Partagez nous!

20 mai 2021 – La fermeture de la frontière canado-américaine a été prolongée, une fois de plus, de 30 jours, jusqu’au 21 juin 2021.

Le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Bill Blair, a confirmé la nouvelle sur Twitter ce matin.

« Pour aider à réduire la propagation de la #COVID-19, les restrictions actuelles pour tous les voyages non essentiels entre le Canada et les États-Unis restent en vigueur jusqu’au 21 juin », a déclaré Bill Blair.

Plus tôt cette semaine, lorsqu’on lui a demandé de fournir plus d’informations sur le projet du Canada de rouvrir son côté de la frontière, le Premier ministre Trudeau a laissé entendre qu’un taux de vaccination de 75 % pourrait être le point de départ des discussions, mais n’a fourni aucun autre détail.

Des rapports récents suggèrent que des négociations sont en cours au sujet de la réouverture de la frontière canado-américaine – mais personne ne sait si ces discussions pourraient aboutir à la réouverture de la frontière cet été ou s’il s’agit des mêmes contrôles de routine que les responsables canadiens et américains ont maintenus pendant les 14 mois de fermeture de la frontière en raison de la pandémie.

Au début du mois, le sénateur américain Chuck Schumer a envoyé une lettre à l’administration Biden soulignant la nécessité d’un plan de réouverture de la frontière canado-américaine.

Le représentant de l’État de New York, Brian Higgins, a également écrit une lettre à la Maison-Blanche, demandant à Biden de « s’engager directement » auprès du Premier ministre Justin Trudeau afin d’élargir la définition des voyageurs essentiels d’ici la fin mai, en vue de la réouverture complète de la frontière au début juillet.

L’industrie du voyage exprime sa frustration face au manque de transparence du gouvernement fédéral concernant tout projet de réouverture des frontières canadiennes après plus de 14 mois d’arrêt presque total des activités.

AUCUNE EXCEPTION

Entre-temps, l’agence frontalière américaine a déclaré mercredi que les Canadiens qui tenteraient de franchir la frontière américaine en voiture uniquement pour se faire vacciner contre la COVID-19, même avec une recommandation d’un médecin, se verraient refuser l’entrée.

Contrairement au gouvernement canadien, le service des douanes et de la protection des frontières a déclaré qu’il ne considérait pas le vaccin comme essentiel pour l’entrée sur le territoire.

Un porte-parole de l’agence a déclaré : « Les voyages effectués dans le seul but de se faire vacciner ne sont pas autorisés par les restrictions actuelles sur les voyages. Si une personne entre aux États-Unis pour des raisons de voyage légitimes, comme le permettent les directives actuelles en matière de restrictions, et qu’elle reçoit un vaccin accessoirement à son voyage, cela ne fait pas partie des critères d’admissibilité. »

En raison de la pandémie, la frontière canado-américaine a été fermée à tous les voyages non essentiels.

Plus tôt cette semaine, l’Agence de la santé publique du Canada a déclaré qu’elle considérait comme un service médical essentiel le fait de se rendre aux États-Unis dans un véhicule privé pour se faire vacciner contre la COVID-19 sur recommandation d’un médecin agréé.

Par conséquent, l’agence a déclaré que ces voyageurs pourraient bénéficier d’une exemption de quarantaine à leur retour s’ils pouvaient prouver qu’ils avaient été vaccinés et que le voyage avait été effectué uniquement dans ce but.

Santé Canada a précisé que la décision d’autoriser ou non l’entrée aux États-Unis reviendrait aux autorités frontalières américaines.

Shaun Horton a déclaré qu’il avait essayé de se rendre à New York mercredi depuis Niagara Falls, en Ontario, pour un rendez-vous de vaccination aux États-Unis, mais que l’accès lui a été refusé. Il a déclaré que l’agent frontalier ne voulait pas voir la lettre de son médecin confirmant que le vaccin était médicalement nécessaire.

Shaun Horton, pilote de ligne au Canada, a déclaré qu’il souhaitait se faire vacciner car il n’est pas autorisé à porter un masque lorsque l’avion est en service. Il a dit que ses collègues et lui sont testés avant de travailler.

« L’agent a indiqué que l’entrée au États-Unis uniquement pour la COVID-19 n’est pas un motif acceptable, car le Canada a accès à un vaccin, indépendamment des problèmes d’approvisionnement », a déclaré Shaun Horton à  The Canadian Press.

Cependant, David Musyj, directeur de l’hôpital régional de Windsor, en Ontario, a déclaré qu’il y a eu de nombreux exemples de passages pour un vaccin qui ont été autorisés.

« C’est pourquoi cette question est d’ordre politique et nécessite une certaine clarté et un certain leadership », a déclaré David Musyj. « Nous continuerons à essayer de faire entrer des vaccins au Canada. »

David Musyj a fait pression sur Santé Canada pour qu’il précise s’il considérait la vaccination contre la COVID-19 comme voyage essentiel, affirmant qu’il serait facile pour les personnes proches de la frontière de traverser en voiture pour se faire vacciner, mais que le fait de devoir s’isoler pendant 14 jours au retour constituerait un obstacle majeur.

Mardi, des centaines d’Albertains ont fait la queue au poste de Carway pour se rendre rapidement aux États-Unis afin de se faire vacciner contre la COVID-19 dans une clinique des Blackfeet au Montana. Les personnes qui se se sont rendues à la clinique ont été exemptées de la quarantaine pendant 14 jours à leur retour.

« J’ai été stupéfaite et reconnaissante, car le processus est trop lent autrement », a déclaré Linda Neilson, de Cardston, en Alberta. « Nous sommes heureux qu’ils aient pu nous aider. »

David Musyj a également déclaré qu’il faisait toujours pression pour obtenir l’approbation du gouvernement fédéral afin de permettre un effort organisé pour récupérer les vaccins en excès à Détroit et les ramener pour les utiliser au Canada. Ottawa a déclaré que des millions de doses de vaccin contre la COVID-19 arrivent, mais que les réserves restent limitées dans de nombreuses régions.

Source : Groupe Travelweek/Profession Voyages, The Canadian Press

Traduction : Emmanuelle Bouvet

Partagez nous!

Postes connexes

Menu