• vendredi le 18 juin, 2021

Les offices de tourisme européens comptent sur la seconde moitié de 2021 pour que le marché canadien reprenne

Partagez nous!

14 mai 2021 – Alors que l’Europe signale son intention de rouvrir ses portes au tourisme cet été, même si ce n’est qu’au sein des 27 pays de l’UE, l’industrie canadienne du voyage observe la situation avec optimisme et non sans une certaine nostalgie.

Le Premier ministre Justin Trudeau ayant assuré en début de semaine qu’un « été à une dose » pourrait au moins permettre d’assouplir les restrictions au Canada et que, si tout va bien, un « automne à deux doses » pourrait permettre au Canada de se rapprocher d’une vie normale, il est possible que les voyageurs canadiens vaccinés se rendent en Europe plus tard en 2021.

En attendant, l’industrie du voyage ne peut rien faire d’autre que d’attendre la levée des restrictions de voyage au Canada.

Dans l’attente de la levée des restrictions canadiennes sur les voyages à l’étranger, nous avons consulté plusieurs offices de tourisme européens pour savoir quelle approche ils adoptent en matière de campagnes promotionnelles pour le marché canadien.

Nous avons également voulu connaître leur avis sur les passeports de vaccination, plus communément appelés aujourd’hui certificats de vaccination, pour les voyages internationaux. Le certificat vert numérique, passeport numérique de l’UE en cette époque de COVID-19, progresse bien par les instances officielles. Entre-temps, la ministre canadienne de la santé, Patty Hajdu, et le ministre des transports, Omar Alghabra, ont fait part de l’intention du Canada de collaborer avec les autres pays du G7 sur un système de certification des vaccinations afin de contribuer à la réouverture des voyages internationaux.

L’accélération des campagnes de vaccination en Europe, aux États-Unis et au Canada signifie que le tourisme commencera à reprendre en Europe cet été, et « nous sommes optimistes quant à une saison d’automne exceptionnellement forte », déclare Pascal Prinz, président de la Commission européenne du tourisme (CET), section canadienne, et directeur de Canada for Switzerland Tourism.

« Le Canada semble avoir environ 2 mois de retard sur les États-Unis en termes de relance des voyages internationaux. La réouverture de la frontière canado-américaine sera une étape clé », déclare Pascal Prinz.

Pascal Prinz a fait part des commentaires qu’il a entendus de la part des professionnels du voyage. « Les opérateurs et les agents nous disent que les gens ne se contentent pas de rêver, mais qu’ils recommencent à chercher le moment venu et à demander plus d’informations. Ils ne réservent peut-être pas encore, mais ils sont impatients de voyager quand le moment sera venu. »

La flexibilité des compagnies aériennes, des voyagistes, des conseillers en voyages et des destinations a été d’une grande aide, ajoute-t-il. Les voyages de groupe pourraient être difficiles à vendre, « mais pour les voyages à la carte, comme les voyages entre amis ou en famille, nous sommes très optimistes ».

Il souligne que le certificat vert numérique de l’UE ne sert pas exclusivement à confirmer la vaccination contre la COVID-19. Il concerne également les personnes qui se sont remises de la COVID-19 ou dont le résultat du test est négatif. « C’est un outil qui servirait à tous les voyageurs », dit-il, ajoutant que la vaccination ne serait pas une condition obligatoire ou unique pour voyager.

Tout aussi importante pour le redémarrage des voyages internationaux du Canada, la proposition du certificat vert numérique prévoit la possibilité d’étendre le système au-delà de l’UE, aux certificats compatibles émis dans d’autres pays. « Si le Canada met en place un système similaire, cela facilitera grandement les voyages des citoyens canadiens vers leurs destinations européennes préférées », affirme Pascal Prinz.

Pendant ce temps, en Angleterre, le système de « liste de circulation » du gouvernement britannique entre en vigueur le 17 mai. Le Canada, les États-Unis et la plupart des pays du monde figurent sur la « liste orange ». Douze pays figurent actuellement sur la « liste verte ». Avant leur arrivée, les voyageurs figurant sur la liste orange, y compris les Canadiens, doivent remplir un formulaire de localisation des passagers, passer un test de COVID-19 et réserver et payer les tests du deuxième et du huitième jour. À l’arrivée en Angleterre, une quarantaine de 10 jours est requise, ainsi que les tests de COVID-19 des jours 2 et 8.

« Avec cette récente annonce, le gouvernement britannique fait les premiers pas vers la réouverture du tourisme. C’est une approche cohérente qui donne la priorité à la santé et à la sécurité des citoyens britanniques et des voyageurs internationaux », a déclaré Paul Gauger, Senior Vice President Americas VisitBritain.

Sandra Moffat, responsable du marché de Tourism Ireland (Canada), reste optimiste quant à la possibilité d’accueillir des visiteurs canadiens au cours du second semestre 2021, lorsque le moment sera propice pour voyager et que les restrictions de voyage seront levées. En attendant, l’équipe continue à inspirer les visiteurs par le biais des réseaux sociaux et de la publicité, afin que l’Irlande reste au premier plan.

La France prévoit d’accueillir à nouveau les voyageurs européens et internationaux à partir du 9 juin. Il appartiendra aux Canadiens de décider du moment opportun, déclare Melanie Paul-Hus, directrice pour le Canada d’Atout France. « Nous espérons que la levée de la restriction essentielle pour les voyages seulement serait une excellente première étape et que d’ici la fin de 2021, les Canadiens immunisés commenceront à planifier des voyages en France ou dans ses régions d’outre-mer », dit-elle.

Pour lire l’article complet, consultez le numéro du 13 mai de Travelweek ici.

Source : Kathryn Folliott pour le groupe Travelweek/Profession Voyages

Traduction : Emmanuelle Bouvet

Partagez nous!

Postes connexes